Notre action au Pérou

La situation

Le Pérou souffre d’une instabilité politique chronique, héritage de l’ancien dictateur Alberto Fujimori destitué en 2000 et qui purge une peine de prison pour corruption et violations aux droits de la personne. Le retour à la démocratie a été marqué par quatre présidents et deux congrès entre 2017 et 2022, et par une polarisation entre la droite dirigée par Keiko Fujimori, fille du dictateur, et le secteur progressiste dirigé par Pedro Castillo jusqu’en décembre 2022. La destitution du président Castillo après avoir dissous le Congrès national a ébranlé l’ensemble de la classe politique et déclenché une sévère répression contre les manifestants qui protestaient contre l’ascension de la vice-présidente Dina Boluarte à la présidence. Avec la mort de 50 personnes dans les manifestations, la plupart dues à un usage excessif de la force par les autorités, nos partenaires ont exhorté la police à faire un usage proportionnel de la force et ont demandé de nouvelles élections. Le Pérou est reconnu pour avoir un fossé grandissant entre les riches et les pauvres, des projets d’extraction démesurés qui endommagent certains des écosystèmes les plus importants du continent et des normes environnementales de plus en plus faibles. 

Près de 26 % de la population du pays vit dans la pauvreté, une situation qui s’est aggravée avec la pandémie. Environ 220 000 personnes ont perdu la vie à cause de la COVID-19, ce qui représente l’un des taux de mortalité par habitant les plus élevés au monde. Ce taux élevé, en particulier dans la région amazonienne, a mis en évidence le manque d’investissement de l’État dans la santé nationale et la vulnérabilité des populations appauvries face aux maladies infectieuses.

Le Pérou est l’un des pays les plus riches en biodiversité de la planète, 67 % de son territoire national se trouvant en Amazonie. C’est aussi l’un des plus vulnérables aux changements climatiques, accélérés par des projets d’extraction mal réglementés qui ont eu de graves répercussions sur l’environnement et, dans de nombreux cas, sur la santé publique. 

Les entreprises canadiennes, soutenues par le gouvernement du Canada, sont l’un des principaux investisseurs dans le secteur de l’extraction, qui est au cœur de l’économie du pays. Cependant, les concessions minières, pétrolières et gazières sont attribuées avec peu de transparence et sans consultation des communautés locales, ce qui entraîne souvent de graves conflits sociaux et même l’assassinat de défenseuses et défenseurs de l’environnement. La corruption généralisée exacerbe le manque de réglementation responsable des projets d’extraction.

Notre travail au Pérou

Démocratie et participation citoyenne | Democracy and citizen participation icon
Démocratie et participation citoyenne
Climat et justice écologique | Climate and ecological justice icon
Justice écologique

Développement et Paix – Caritas Canada travaille au Pérou en raison du dynamisme de sa société civile et de sa capacité à se mobiliser pour le changement social. De plus, la voix de l’Église catholique progressiste du Pérou exerce une influence importante sur le reste de l’Amérique latine.

Le père Gustavo Gutiérrez a formulé ses approches pastorales novatrices pour travailler avec les communautés appauvries dans les zones marginalisées de Lima dans les années 1960. Il a apporté une contribution inestimable à la théologie de la libération, qui est aujourd’hui un courant majeur de la vie de l’Église péruvienne.

L’Église s’efforce de soutenir les communautés touchées par les projets d’extraction partout au Pérou, en défendant leur droit à un consentement libre, préalable et éclairé, à une meilleure réglementation environnementale et à des soins médicaux appropriés pour les personnes souffrant de la pollution minière.

L’Église est une voix importante dans le mouvement de lutte contre l’impunité et a fait pression pour que justice soit rendue aux victimes d’assassinats, de disparitions et de tortures pendant la dictature de Fujimori. Elle s’est également prononcée contre la grâce de Fujimori demandée par la droite politique.

La visite du pape François en 2018 en Amazonie péruvienne et dans la ville septentrionale de Trujillo, gravement touchée par les inondations liées aux changements climatiques, a établi un nouveau programme pour l’Église concernant la mise en œuvre de l’encyclique Laudato Si’.  Le processus du synode de 2019 sur la région amazonienne a été lancé à Puerto Maldonado, au Pérou, que le pape a qualifié de “périphérie des périphéries”. Le synode a déclaré que la protection de l’écologie fragile de l’Amazonie et de ses peuples autochtones était au cœur de la vocation moderne de l’Église, ce qui a conduit à la création de la nouvelle Conférence épiscopale pour la région amazonienne (CEAMA).

Notre programmation s’articule autour de la justice écologique et de la démocratie et la participation citoyenne. Nous soutenons les communautés locales à travers diverses activités telles que :

  • La formation des responsables ecclésiastiques et laïcs à la conduite de processus de transformation sociale au niveau local ;

  • L’accompagnement des communautés touchées par des projets d’extraction  ;

  • La défense des protectrices et protecteurs de l’environnement menacés et criminalisés ;

  • L’accompagnement de 11 000 Péruviennes et Péruviens exigeant que le gouvernement prenne en compte l’impact des activités minières sur la santé publique ;

  • Le plaidoyer en faveur de la mise en œuvre des engagements pris par le Pérou dans le cadre de la convention-cadre des Nations Unies sur les changements climatiques ;

  • La protection des forêts andines et des approvisionnements en eau ;

  • L’accompagnement des vicariats de l’Amazonie qui plaident pour sa protection, amélioration de la visibilité de ses dirigeant·e·s et défense des leaders environnementaux de l’Amazonie.

Quelle est la prochaine étape de notre travail ?

Nous suivrons de près la manière dont le contexte politique au Pérou affecte les droits de la personne et le travail de nos partenaires.  Avec nos alliés au Canada et au sein du réseau de la CIDSE, nous élaborerons une réponse appropriée en matière de plaidoyer. 

Nous continuerons à travailler avec l’Église sur la mise en œuvre des recommandations du synode sur la région amazonienne et de l’exhortation papale “Querida Amazonia”, en coordonnant notre travail avec le Conseil épiscopal latino-américain (CELAM).

Ressources

Un message de Centro Labor, Pérou, pour la COP15

Honduras et Pérou : le droit au consentement libre, préalable et éclairé

Voici Yesica et Hector - Pour notre maison commune

Vox pop | Étudiantes de Pérou - Pour notre maison commune

Appuyez notre travail à travers le monde !

Effectuez votre recherche

Restez informé·e

Ne manquez rien sur le travail de nos partenaires internationaux ou sur nos campagnes de sensibilisation et de mobilisation.

Inscrivez-vous dès maintenant à notre infolettre.